Le Top To Bottom festival : le concept

Le TOP TO BOTTOM est une manifestation culturelle, festive et artistique et né de la volonté d’offrir un week-end déclinant la street culture sous toutes ses formes : culturelle, artistique et sportive. La Halle Pajol, ancien entrepôt de la SNCF rénovée en éco-quartier, avec sa façade en bois tendance scandinave et son toit en dents de scie, accueille sur sa majestueuse esplanade durant deux jours une palette d’évènements dans des domaines les plus avant-gardistes en accès libre et gratuit: street-market, musique, skate, performances, salon de tatouage éphémère...
Le TOP TO BOTTOM FESTIVAL s’adresse aux experts de la street culture comme aux néophytes et s’inscrit dans une démarche intergénérationnelle pour ouvrir les yeux vers une liberté artistique. Le tout rassemblé sur un weekend dans une ambiance conviviale grâce à un lieu unique dans Paris. C’est l’occasion durant deux jours de venir écouter, découvrir des artistes et partager ces rencontres. L’optique du festival est donc grandissante et espère pérenniser l’évènement dans le temps en proposant chaque fois des prestations de meilleures qualités. 



BILAN DE L'eDITION 2016

Pour sa première édition, le TOP TO BOTTOM a battu des records d’affluence. Ce sont plus de 4 000 personnes qui sont venues pour ce week-end consacré à la culture street, organisé sur le parvis de la Halle Pajol (Paris 18e). Entre les performances et installations artistiques, les deejays, le street-market et les différents stands, le TOP TO BOTTOM a permis de rassembler durant deux jours différentes disciplines de la culture urbaine, autour du Graffiti. De nombreux artistes renommés ont répondu présent à l’appel : ASTRO, DIZE, GERZ, GREMS, KATRE, OPERA, TARO, TOUPY, FRANCK PELLEGRINO, NICOLAS BAROME...
 

Ce sont plus de 10 000m2 de la Halle Pajol, ancien entrepôt de la SNCF rénovée en éco-quartier, qui ont été investi pour donner accès à cet évènement entièrement gratuit. Le grand public a éga- lement pu découvrir pendant tout le mois d’octobre dernier les peintures de l’artiste TAROE expo- sées aux Petites Gouttes. Qui dit street art, dit hip-hop et musique, le festival a également proposé une soirée concert gratuite aux Petites Gouttes. 



a l'origine

Le Top To Bottom, c’est un peu l’histoire du hasard qui fait bien les choses, celle de 4 passionnés devenus des amis qui ont uni leur envie de créer un événement autour de la culture urbaine. Une culture dans laquelle ils baignent depuis bien longtemps et qu’ils souhaitaient partager avec le plus grand nombre grâce à un événement d’envergure qui serait gratuit afin que personne n’en soit exclu. Une preuve de plus qu’en restant curieux des autres et ouvert à la discussion, une simple rencontre de quartier peut se transformer en beau projet ! 

   En savoir un peu plus  

The Next Movement, à l’origine du Top To Bottom est une agence de graphisme conceptuel animée par un duo, Tina Gardinier et Nicolas Masterson, deux savoir-faire réunissant communication visuelle et graffiti. Parmi leurs clients, on trouve Mercedes-Benz, Roche Bobois, Elitis, Vicomte A., le Point ou encore Mini ou Vans...                                                         

     www.tnmagency.com

Le duo s’est uni à Gerz, personnage multi casquettes et acteur confirmé et reconnu de la street culture : DJ, producteur, graffeur, vidéaste….

       www.soundcloud.com/gerzygerz

Stéphane Bourdon, naguère directeur d’exploitation au sein de la Bellevilloise, a, quant à lui, rejoint le projet car il lui tenait à cœur de faire bouger son quartier. Aujourd’hui patron des Petites Gouttes, bistrot tendance et atypique situé sur l’esplanade Nathalie Sarraute face à la Halle Pajol, il propose dans son établissement une programmation riche et variée faite de concerts, Dj set, cours d’œnologie…

        www.lespetitesgouttes.com


halle pajol.jpg

un lieu unique : la halle pajol

Situé de l’autre côté du pont Riquet, à cheval entre la Chapelle, la Goutte d’Or et Stalingrad, entre les voies ferrées qui mènent aux gares du Nord et de l’Est, Marx Dormoy fait partie de ces quartiers mutants du Nord parisien. Après le Cent-quatre, est arrivé le réaménagement du marché de l’Olive, puis de la Halle Pajol.

Pajol est le premier éco-quartier parisien du genre, situé dans le 18ème arrondissement de Paris. Construite en 1926, le long des voies de la gare du nord, elle était anciennement «La Messagerie des Douanes ». Une opération de réhabilitation d’envergure a été mise en place pour en faire le quartier que l’on peut découvrir aujourd’hui.

Jardins le long des voies, auberge de jeunesse, bar-restaurant, boulangerie à l’américaine, bibliothèque, ateliers, terrasses à n’en plus finir... Cet espace de 10 000 m² à l’architecture innovante, mi-bois mi-béton, accueillera le temps d’un week-end des artistes de tous horizons.